lundi 25 septembre 2017
Mon compte
Vous n'êtes pas identifié
.
Paiement en ligne sécurisé par e-transaction du Crédit Agricole
Panier littéraire
Le panier est vide
Carnet de poèmes (Arthur Roques)

Arthur Roques

Carnet de poèmes

Correspondance d'un forçat 1902-1904

EditeurLa rumeur libre

CollectionHors collection

Date de parution07/2016

ISBN/code barre978-2-35577-130-9

Format (mm)141 x 192

ReliureCahiers cousus, couverture avec rabats

Nombre de pages48

Poids74 g

IllustrationPhotographies et pages manuscrites du carnet original

Prix 13,00 €
Feuilleter

DANS LE COFFRET, UN CARNET NOIR (introduction par Simone PONS)
À Yvonne.
Vous souvenez-vous tante Yvonne, de ce mois de septembre, je venais d’épouser Jacques votre neveu et vous nous aviez invités à passer quelques jours chez vous à Paris ? Votre accueil chaleureux m’a tout de suite conquise. Pendant trente-deux années nous nous sommes donné des nouvelles et je vous ai souvent rendu visite. J’étais fascinée par votre beauté, votre personnalité, votre érudition, cette façon si chaleureuse de m’accueillir. Je vous ai aimée, Yvonne, et je crois que ce fut réciproque, car comment expliquer le cadeau fabuleux que je reçus à l’instant de l’au revoir : le coffret de la correspondance de votre père, Arthur Roques.
La lecture de ces lettres m’a bouleversée, j’ai pleuré ses peines, j’ai souhaité avec lui son retour, j’ai hurlé devant son échec de l’évasion. En France,
il aurait écrit Le Livre noir de l’administration pénitentiaire. Ce que vous n’avez pas osé faire, j’avais par votre don le devoir de l’accomplir.
J’ai eu la chance de faire éditer par les éditions Actes Sud la vie hors du commun de votre père sous le titre Parole de forçat. À présent, Arthur est lu et écouté, lui qui a tant crié, hurlé en vain pour faire entendre sa voix.
Dans le coffret, parmi les lettres et les dessins, se trouvait un petit carnet noir : les poèmes du grand-père. Les voici édités. Puisse le lecteur y trouver la compassion que mérite l’homme Arthur Roques.

(Extrait d'un poème)

Quand le cœur est meurtri, que l’âme désespère
L’homme ne peut, hélas ! Dans sa douleur amère
Trouver l’oubli que dans la mort.
Car il n’a plus la Foi qui dompte la souffrance,
Il ne croit plus à rien pas même à l’Espérance
Qui adoucit les coups du sort.

Enfant déshérité des biens de cette terre
J’ai traversé la vie sans que père ni mère
Conduisent mes pas chancelants
Et j’ai dû expier à chaque défaillance
Le crime de l’amour qui me donna naissance
Sans me donner aucun parent.

La misère et la Faim furent mes deux nourrices
Des hommes j’ai subi toutes les injustices,
Et j’ai connu tous les dégoûts.
Sans ressentir au cœur un sentiment de haine
Je me vois, aujourd’hui, succomber à la peine
Et je rougis d’être jaloux.