mardi 21 novembre 2017
Mon compte
Vous n'êtes pas identifié
.
Paiement en ligne sécurisé par e-transaction du Crédit Agricole
Panier littéraire
Le panier est vide
Écritures de la psychose (Bernard Cadoux)

Bernard Cadoux

Écritures de la psychose

Folie d'écrire et atelier d'écriture

EditeurLa rumeur libre

CollectionLa Bibliothèque

Date de parution09/2013

ISBN/code barre978-2-35577-049-4

Format (mm)141 x 192

ReliureDos carré collé, cahiers cousus

Nombre de pages288

Poids331 g

IllustrationEn couverture :

Ouvrage publié avec le concours de la Région Rhône-Alpes

Prix 22,00 €
Feuilleter

Ouvrage publié avec le concours de la Région Rhône-Alpes

Que peut la folie d’écrire contre le risque de démantèlement psychotique ? Quel recours l’écriture offre-t-elle aux malades qui la pratiquent spontanément ou au sein d’un atelier ? Permet-elle à chacun de recoller les morceaux d’une identité perdue ou au contraire de multiplier ses doubles jusqu’à se perdre ? Bernard Cadoux explore les motifs qui font de la folie d’écrire un véritable rempart contre la psychose, en prenant appui sur son expérience clinique et la lecture assidue de ces écrivains de la folie que sont Rodanski, Artaud et Pessoa.

Écritures de la psychose (4ème de couverture)

Que peut la folie d’écrire contre le risque de démantèlement psychotique ? Quel recours l’écriture offre-t-elle aux malades qui la pratiquent spontanément ou au sein d’un atelier ? Permet-elle à chacun de recoller les morceaux d’une identité perdue ou au contraire de multiplier ses doubles jusqu’à se perdre ? Bernard Cadoux explore les motifs qui font de la folie d’écrire un véritable rempart contre la psychose, en prenant appui sur son expérience clinique et la lecture assidue de ces écrivains de la folie que sont Rodanski, Artaud et Pessoa.

Il précise le cadre nécessaire pour qu'un atelier soit thérapeutique. L'invitation faite aux participants d' en (re)venir à l'écriture à la plume met en évidence le jeu qui s’instaure entre l’écriture matérielle et l’écriture prosaïque, entre le geste graphique et la geste comme récit. Le détour par la fiction permet à chacun de se rêver et de se dire à mots couverts. L’atelier, en appui sur l’expression écrite et le groupe, construit un récit collectif à partir duquel chacun pourray aller de sa propre histoire. Ou pour le dire autrement chacun en viendra à tailler son propre costume dans l’étoffe narrative groupale tissée au fil des séances.

Nouvelle édition augmentée

Préface de Anne Brun, psychanalyste, professeur de psychopathologie et psychologie clinique Université Lumière Lyon 2