samedi 20 juillet 2019
Mon compte
Vous n'êtes pas identifié
.
Paiement en ligne sécurisé par e-transaction du Crédit Agricole
Panier littéraire
Le panier est vide

À compter du 29 août 2018 les connexions sont cryptées pour la sécurité de vos paiements.

Le Bloc de peine (Patrick Laupin)
Le Bloc de peine (Patrick Laupin)

Patrick Laupin

Le Bloc de peine

poèmes

EditeurLa rumeur libre

CollectionPlupart du temps

Date de parution06/2019

ISBN/code barre978-2-35577-177-4

Format (mm)141 x 192

ReliureDos carré collé, cahiers cousus, couverture avec rabats

Nombre de pages160

Poids200 g

Prix 16,00 €
Feuilleter

Dans ce bloc, dense, compact, et dans cette légèreté pourtant, ce flux, cette coulée de larmes : je crois n’avoir rien découvert d’aussi beau depuis les élégies de Rilke. Sans doute est-ce parce que cela « tombe » en prenant son essor, en se mêlant aux nuages, aux étoiles, à la volubile floraison du sang. (extrait de la 4ème de couverture de Lionel Bourg)

4ème de couverture de Lionel Bourg

IL EN VA PARFOIS COMME D’UNE CHUTE ascensionnelle, du vol d’une feuille ou du rire, de la moue chagrine d’un enfant, de tas de choses en somme, que l’on aimerait pouvoir dire et qui tremblent en bord de voix, et dans les mots, le souffle en soi, de sorte que l’on doit tenter de s’établir au sein de l’instabilité même, du vacillement, du vertige, et chanter, pleurer, crier, gémir, serrer contre sa poitrine le moindre oiseau, la moindre pâquerette, ou sous la pluie longer un fleuve, une rivière afin d’exprimer ce que les morts, nos morts, nous ont confié, qui leur brûlait le cœur. Il y a tout cela dans ton bloc de peine. Et tant d’espaces, tant de durée, d’instants fracturés dans le bleu ou le gris du ciel… Tu dis, dans ces pages, ces poèmes, qu’il n’y a pas cadeau plus beau qu’un livre : celui que tu me fais en me donnant à lire cet ensemble n’a pas de mesure et, je l’écris sans feindre, jamais peut-être tu n’as avec une telle douloureuse candeur, de tels battements d’âme et d’aussi bouleversantes paroles, transmis à qui t’accompagne alors cette pureté, cette inexplicable scansion où s’unissent tous les amours, tous les chagrins, tous les bonheurs, fussent-ils insupportables et tellement absolus qu’on pourrait en crever, là, maintenant. Si la poésie existe, elle est dans tes phrases.
Dans ce bloc, dense, compact, et dans cette légèreté pourtant, ce flux, cette coulée de larmes : je crois n’avoir rien découvert d’aussi beau depuis les élégies de Rilke. Sans doute est-ce parce que cela « tombe » en prenant son essor, en se mêlant aux nuages, aux étoiles, à la volubile floraison du sang.