mardi 21 novembre 2017
Mon compte
Vous n'êtes pas identifié
.
Paiement en ligne sécurisé par e-transaction du Crédit Agricole
Panier littéraire
Le panier est vide
Che vuoi ? n°39 (Che vuoi ? Revue de psychanalyse.)

Che vuoi ? Revue de psychanalyse.

Che vuoi ? n°39

Politique et division du sujet - 1

EditeurLa rumeur libre

CollectionRevue Che vuoi ?

Date de parution09/2013

ISBN/code barre978-2-35577-053-1

Format (mm)240 x 165

ReliureBroché

Nombre de pages240

Poids402 g

Parution septembre 2013

Prix 25,00 €
Feuilleter

Parution septembre 2013

Les lois inscrivent les droits de l’homme et leurs limites au fil du travail de la culture, de la demande de justice et de l’émergence du sujet. Si la langue est réduite à un instrument de pouvoir ou n’est que discours de maître, sa violence empêche toute créativité. Le politique peut-il considérer ce qui n’est pas advenu chez les sujets ? Dans quelle mesure une action politique peut- elle faire bord au réel d’un grand nombre ?

--> Cliquez ici pour informations abonnement

ÉDITORIAL

Le sujet divisé par l’effet du signifiant peut-il se mouvoir dans le politique ? Pour Jean-Claude Milner, le politique est « le suspens du meurtre de l’autre ». Là, le vœu de mort est nommé, comme le pulsionnel est créé par la limite des signifiants portés par la parole de quelqu’un. Quand le travail de l’inconscient aboutit à un vœu de mort en rêve, le sujet accède à la division dans la mesure où il entend ce qu’elle produit. Ce suspens permet de tenter de parler « pour changer les choses » avec l’autre, rival ou allié, mais le meurtre se met en acte de mille manières dans la lutte ordinaire pour le pouvoir visant l’exclusion de ceux qui ne sont pas complices.
Les lois inscrivent les droits de l’homme et leurs limites au fil du travail de la culture, de la demande de justice et de l’émergence du sujet. Si la langue est réduite à un instrument de pouvoir ou n’est que discours de maître, sa violence empêche toute créativité. Le politique peut-il considérer ce qui n’est pas advenu chez les sujets ? Dans quelle mesure une action politique peut- elle faire bord au réel d’un grand nombre ?
Dans la catastrophe d’un régime totalitaire, le sauve-qui-peut quotidien dans la terreur de la menace de mort ou de la torture détruit les liens solidaires ; après, approcher, à plusieurs ou dans la rencontre analytique, l’impensé de cet irreprésentable qu’un humain puisse mettre un ou des humains en place de déchet de leur jouissance, est indispensable pour avoir accès à la douleur qui guérit : il ne s’agit pas ici de provoquer le retour du refoulé, mais de restaurer aux mots de la langue leur valeur symbolique mise en péril par les crimes contre l’humanité. Il s’agit de créer une mémoire permettant de faire face à l’immonde du monde et de vivre sans risque de mort, mort réelle ou mort du sujet vivant, toujours risquée face à la perversion même d’un seul. De même, face à l’horreur ou à l’injustice grave, le témoignage ou l’action permet de survivre à la blessure narcissique et de sortir de la honte mortifère.
Le passage au politique d’un sujet, ayant conquis sa division et une certaine liberté, n’est pas un changement d’idéal, mais une mise en acte dans le social de la dette à la parole et au travail de la culture. Comment pourra-t-il supporter les effets de la pulsion de mort partout à l’œuvre dans les résistances à certains changements, c’est-à-dire à en perdre du côté de la jouissance ? Comment pourra-t-il soutenir sa position éthique d’être parlant ? Ne risque-t-il pas d’être éjecté de la scène du politique ou d’en sortir pour sauvegarder son éthique ?

Le comité de rédaction

 Che Vuoi ? n°39

Politique et division du sujet - 1 -

Sommaire

ÉDITORIAL

LETTRE

Lettre à Michel Onfray, Pierre Kammerer.

LA PAROLE QUI DIVISE

Retour au politique, Jacques Benroubi.
Matines, Marie-José Sophie Collaudin.
La Fêlure du parlant, Karima Lazali.
La langue politique du transfert, Sylvie Benzaquen.
Know hope, Dessin mural, Tel Aviv.
Paul et la Loi, Marc Nacht.
L’Effet d’aliénation politique, Alain Deniau.
Avant j’étais schizophrène, mais maintenant nous sommes guéris, Marc-Léopold Lévy.

REPRÉSENTATION DU RÉEL ET ACTION POLITIQUE

Mensonges du pouvoir et pouvoirs du mensonge, Daniel Sibony.
Nicole Loraux, Des noms du pouvoir exclusif.
Le Fond de l’air est froid, Claude Spielmann.
Victor Klemperer, les Guillemets ironiques.
Œdipe brisé, sujet, factuel, politique, Jean-Jacques Moscovitz.
Icy & Dot, peinture murale au pochoir, Tabriz.
La Fabrique de l’homme nouveau, Danièle Epstein
Auteur anonyme, Jouir sans betteraves.
Vertus de la méthode analytique... rattrapée par le politique !, Guy Dana
Quelques mots du Politique en France, Nelly Jolivet.
Marguerite Duras, À propos du film le Camion (1977).

ARGENTINE : TRENTE-CINQ ANS APRÈS LA DICTATURE

Charlotte Beradt, Rêve d’une femme de ménage en été 1933.
Note de la rédaction.
À trente-cinq ans de la dictature, Gilda Sabsay Foks.
Que s’est-il passé pendant la dictature, pour nous, psychanalystes ?, Beatriz Zelcer.
Auteur anonyme, Libertad.
Le « Proceso », les croyances et les maîtres de la vérité, Gustavo Dupuy.
Avertissement du traducteur, Gabriel Saad.
Quino, Mafalda.

RISQUES DE PSYCHANALYSE

Psychanalyse d’un trou de mémoire, Anne-Élaine Cliche.
Folies et banlieues, Brigitte Voyard.
Je subodore comme une tentative de contestation de l’ordre établi !, D’après Jacques Faizant.
Politique des risques psychosociaux : un risque pour le sujet ?, Élisabeth Malissen.

CABINET DE LECTURE

Sigmund Freud, l’Avenir d’une illusion. Lecture par Serge Reznik.
Gorana Bulat-Manenti, Comment fonctionne une cure analytique ? Lecture par Geneviève Vialet-Bine.
Alyah Morgenstern, Un Je en construction, genèse de l’autodésignation chez le jeune enfant. Lecture par Richard Broda.