mardi 21 novembre 2017
Mon compte
Vous n'êtes pas identifié
.
Paiement en ligne sécurisé par e-transaction du Crédit Agricole
Panier littéraire
Le panier est vide
Comme en 14 ? (Louise L. Lambrichs)

Louise L. Lambrichs

Comme en 14 ?

Contribution à l'écriture de notre histoire

EditeurLa rumeur libre

CollectionSciences & Humanités

Date de parution09/2014

ISBN/code barre978-2-35577-067-8

Format (mm)168 x 252

ReliureBroché cahiers cousus

Nombre de pages364

Poids643 g

Prix 24,00 €
Feuilleter

Tenter de penser clairement ce qui s’est produit entre 1991 et 1995 dans cette partie de l’Europe du sud-est qualifiée dans nos manuels de « poudrière » depuis au moins 1914, tel fut l’enjeu de ce long travail. Les textes réunis dans ce volume constituent une contribution à la compréhension du mécanisme psychique, manifestement déterminant dans le registre politique, médiatique, juridique et donc historique, ayant abouti à la dernière politique génocidaire européenne du xxe siècle.

(4ème de couverture)

J’aurais sans doute poursuivi mon chemin de romancière sans les événements tragiques de Yougoslavie qui m’ont, dès 1991, déroutée et touchée au plus vif en éveillant chez moi un écho inattendu et d’emblée, dès 1991, un sentiment d’inexorable et catastrophique répétition de l’histoire — non pas répétition de la petite mienne, secrète et qui n’intéresse que moi, mais de la grande, celle que font les hommes avant que d’autres la racontent de mille et une façons. De ce douloureux sentiment de répétition mortifère, que personne autour de moi en France ne partageait, et dans ce contexte tragique naquit, à partir d’un rêve en couleurs et d’un cas clinique qui m’avait été raconté par un jeune médecin, un roman ancré dans le contexte de la Deuxième Guerre mondiale ; un roman dans lequel une petite fille joyeuse de vivre, portant mon prénom, ne pouvait exister, et grandir, que dans les rêves de sa mère.
Tenter de penser clairement ce qui s’est produit entre 1991 et 1995 dans cette partie de l’Europe du sud-est qualifiée dans nos manuels de « poudrière » depuis au moins 1914, tel fut l’enjeu de ce long travail. Les textes réunis dans ce volume constituent une contribution à la compréhension du mécanisme psychique, manifestement déterminant dans le registre politique, médiatique, juridique et donc historique, ayant abouti à la dernière politique génocidaire européenne du xxe siècle.
En contrepoint du travail d’Hannah Arendt qui proposait de « penser l’événement », Louise L. Lambrichs propose de penser le fait génocidaire comme réel, objet d’un déni inconscient favorisant de telles répétitions historiques mortifères. Si, comme l’écrit Donald Winnicott, « la santé est incompatible avec le déni de quoi que ce soit », ce travail, tentant de lever un déni majeur largement partagé, s’inscrit dans une perspective salutaire.