jeudi 18 octobre 2018
Mon compte
Vous n'êtes pas identifié
.
Paiement en ligne sécurisé par e-transaction du Crédit Agricole
Panier littéraire
Le panier est vide

À compter du 29 août 2018 les connexions sont cryptées pour la sécurité de vos paiements.

L'infini va bientôt finir (Jean Pérol)

Jean Pérol

L'infini va bientôt finir

EditeurLa rumeur libre

CollectionPlupart du temps

Date de parution01/2018

ISBN/code barre978-2-35577-158-3

Format (mm)141 x 192

ReliureCahiers cousus, couverture avec rabats

Nombre de pages144

Poids182 g

Prix 16,00 €
Feuilleter

(extrait)

Passe le vent dans la prairie
je n’ai ni or ni Picasso
passe le vent dans nos soucis
je n’ai rien pris dans mes lassos

passe le vent sur mes cailloux
je ne vis pas sur leur Rocher
autant que moi l’herbe est fauchée
courre le vent vers mon clocher

passe le vent dans ma prairie
loin des footeux et des mafieux
j’ai pour tableaux les plus grands cieux

passe le vent passe le vent
dans mon vallon loin des voyous
passe le vent sur mes cailloux.

                                           Sur mes cailloux

(extrait)

Adieu au loin mes sœurs jolies
la clarté vous a quittées
derrière des vitres dépolies
on voit vos ombres s’agiter

vos lèvres vagues sous des treilles
ne savent plus que me sourire
vos corps encore dans mon sommeil
ne savent plus sous moi s’ouvrir

la nuit vous garde rien que pour elle
ce que vous fûtes semble perdu
souvenez-vous sous tant de ciel
combien pourtant vous étiez nues

je me souviens parfois d’un nom
qui vient rejoindre deux seins tremblants
d’un sexe humide ou bien sinon
de nos amours se dévorant

ne reste rien à mon réveil
de ce qu’on dut en vous oser
ni du goût frêle de groseille
de vos baisers décomposés.

                                        Vos baisers décomposés