dimanche 17 octobre 2021
Mon compte
Vous n'êtes pas identifié
.
Paiement en ligne sécurisé par e-transaction du Crédit Agricole
Panier littéraire
Le panier est vide

À compter du 29 août 2018 les connexions sont cryptées pour la sécurité de vos paiements.

Un poème est passé (Collectif )
Un poème est passé (Collectif )

Collectif

Un poème est passé

EditeurLa rumeur libre

CollectionPoésie

Date de parution03/2021

ISBN/code barre978-2-35577-220-7

Format (mm)14 x 20,5

ReliureBroché

Nombre de pages240

Poids316 g

Prix 13,00 €
Feuilleter

Anthologie établie par Yvon Le Men et Thierry Renard

Un poème est passé est une anthologie par temps de pandémie. Une anthologie née d’une situation exceptionnelle – que nous souhaiterions garder en mémoire comme quelque chose d’exceptionnel, dans le sens d’absence de répétition.

Un poème est passéest une anthologie par temps de pandémie. Une anthologie née d’une situation exceptionnelle – que nous souhaiterions garder en mémoire comme quelque chose d’exceptionnel, dans le sens d’absence de répétition.  

De cette situation est né un besoin de rester en contact. Quelque chose en nous voulait continuer à faire société. Sans rencontre possible, il nous fallait garder ce qui donne à penser, à imaginer, inventer, créer.   

Des voix poétiques confirmées, d’autres plus discrètes.   

Des écritures habituées, des écritures de toute première fois, mais de nombreuses écritures à partager.   

Rassembler en un volume une sélection de textes, pour la plupart inédits, dont certains ont tout de même fait l’objet d’une première apparition, notamment sur le net, grâce à notre lettre d’information.   

Cet ouvrage est né d’une impérieuse nécessité. Des sources de l’amitié, tout d’abord. D’une certaine idée de la générosité, ensuite. Une anthologie unique, réunissant des textes arrivés d’un peu partout et contribuant à améliorer notre trop humaine condition.   

La poésie est partout présente ici, dans chaque phrase, dans chacun des vers proposés.   

La poésie est, dorénavant, pour nous comme pour l’ensemble des auteurs rassemblés dans ce livre, l’un des plus fréquents et, cependant, des plus inhabituels surnoms de la vie.   

 « Ce que tu écris


ce que tu lis


c’est la même chose  

le propager


comme se propage l’incendie


à l’appel de la plaine un jour de trop d’été

ainsi sont venus les poèmes de ce livre  

un par un


voix par voix… »