jeudi 05 août 2021
Mon compte
Vous n'êtes pas identifié
.
Paiement en ligne sécurisé par e-transaction du Crédit Agricole
Panier littéraire
Le panier est vide

À compter du 29 août 2018 les connexions sont cryptées pour la sécurité de vos paiements.

Hauterives. Le Palais idéal du facteur Cheval (Collectif )

Collectif

Hauterives. Le Palais idéal du facteur Cheval

EditeurLa passe du vent

CollectionPatrimoines pour demain

Date de parution12/2019

ISBN/code barre978-2-84562-349-1

Format (mm)200 × 210 mm

ReliureBroché

Nombre de pages144

Poids502 g

IllustrationPhotographe Emmanuel Georges

Prix 12,00 €
Feuilleter

Au cœur de la Drôme des collines se dresse, matérialisé dans la pierre, le rêve étrange et poétique de Josep-Ferdinand Cheval (1836-1924), facteur rural. Palais inhabitable peuplé d’un bestiaire fantastique, monde en réduction veillé par des Géants de galets et de coquillages, il défie à la fois le temps et l’interprétation. Publié à l’occasion du cinquantième anniversaire du classement parmi les monuments historiques (23 septembre 1969) de ce « seul exemple en architecture de l’art naïf » (André Malraux), le livre Hauterives. Le Palais idéal du facteur Cheval entre pour la première fois dans les détails de sa conception comme des contraintes qu’il pose en termes de restauration et d’ouverture au public. Mais il propose également un guide de visite complet du domaine du facteur Cheval et de son étonnant Tombeau du silence et du repos sans fin, situé dans le cimetière communal, offrant ainsi une présentation exhaustive et rigoureuse de l’univers onirique d’un homme singulier. Comme les autres titres de la collection « Patrimoines pour demain », cet ouvrage, qui a mobilisé les meilleurs spécialistes et propose une illustration riche et soignée, prend en compte les derniers développements de la recherche historique comme les découvertes livrées par les travaux de restauration récemment menés. Il se compose de cinq parties : « Toute une histoire » ; « Le chantier en images » ; « Paroles d’expert » ; « Un autre regard » et un « Guide de visite ». Un plan, une chronologie, un glossaire et une bibliographie offrent au lecteur les clés nécessaires pour percer les secrets de cette oeuvre inclassable, qu’ont admirée aussi bien André Breton, Pablo Picasso, Salvador Dali ou Max Ernst que Gertrude Stein, Pablo Neruda ou Alexandre Vialatte. Et bien d’autres encore…

Au cœur de la Drôme des collines se dresse, matérialisé dans la pierre, le rêve étrange et poétique de Josep-Ferdinand Cheval (1836-1924), facteur rural. Palais inhabitable peuplé d’un bestiaire fantastique, monde en réduction veillé par des Géants de galets et de coquillages, il défie à la fois le temps et l’interprétation. Publié à l’occasion du cinquantième anniversaire du classement parmi les monuments historiques (23 septembre 1969) de ce « seul exemple en architecture de l’art naïf » (André Malraux), le livre Hauterives. Le Palais idéal du facteur Cheval entre pour la première fois dans les détails de sa conception comme des contraintes qu’il pose en termes de restauration et d’ouverture au public. Mais il propose également un guide de visite complet du domaine du facteur Cheval et de son étonnant Tombeau du silence et du repos sans fin, situé dans le cimetière communal, offrant ainsi une présentation exhaustive et rigoureuse de l’univers onirique d’un homme singulier. Comme les autres titres de la collection « Patrimoines pour demain », cet ouvrage, qui a mobilisé les meilleurs spécialistes et propose une illustration riche et soignée, prend en compte les derniers développements de la recherche historique comme les découvertes livrées par les travaux de restauration récemment menés. Il se compose de cinq parties : « Toute une histoire » ; « Le chantier en images » ; « Paroles d’expert » ; « Un autre regard » et un « Guide de visite ». Un plan, une chronologie, un glossaire et une bibliographie offrent au lecteur les clés nécessaires pour percer les secrets de cette oeuvre inclassable, qu’ont admirée aussi bien André Breton, Pablo Picasso, Salvador Dali ou Max Ernst que Gertrude Stein, Pablo Neruda ou Alexandre Vialatte. Et bien d’autres encore…