samedi 25 septembre 2021
Mon compte
Vous n'êtes pas identifié
.
Paiement en ligne sécurisé par e-transaction du Crédit Agricole
Panier littéraire
Le panier est vide

À compter du 29 août 2018 les connexions sont cryptées pour la sécurité de vos paiements.

Paroles de feu (Jidi Majia)

Majia Jidi

Paroles de feu

EditeurLa passe du vent

CollectionLa Bibliothèque

Date de parution03/2019

ISBN/code barre978-2-84562-334-7

Format (mm)140 x 205

ReliureCahier Thermo-collé

Nombre de pages174

Poids220 g

IllustrationDessin de l'auteur

Prix 13,00 €
Feuilleter

Dans son recueil Paroles de feu, la poésie de Jidi Majia, poète chinois traduit ici par Françoise Roy, n’est absolument pas un long fleuve tranquille. C’est une poésie, aux accents lyriques, qui compte bien faire entendre la voix singulière de l’une des minorités culturelles de ce vaste pays où tradition et modernité depuis toujours se confondent.
Le souffle des vents contraires anime les vers de ce poète au double « je » (double jeu ?). Un « je » pour l’émotion, la confidence et la proximité. Un je pour l’engagement, le partage, beaucoup plus politique, et jouant en faveur du collectif. Par moments, on ne peut s’empêcher de songer à quelques grandes voix disparues : Nazin Hikmet, ou Panlo Neruda, notamment. Quand le poème réconcilie l’Histoire et notre part la plus intime…

Dans son recueil Paroles de feu, la poésie de Jidi Majia, poète chinois traduit ici par Françoise Roy, n’est absolument pas un long fleuve tranquille. C’est une poésie, aux accents lyriques, qui compte bien faire entendre la voix singulière de l’une des minorités culturelles de ce vaste pays où tradition et modernité depuis toujours se confondent.

Le souffle des vents contraires anime les vers de ce poète au double « je » (double jeu ?). Un « je » pour l’émotion, la confidence et la proximité. Un je pour l’engagement, le partage, beaucoup plus politique, et jouant en faveur du collectif. Par moments, on ne peut s’empêcher de songer à quelques grandes voix disparues : Nazin Hikmet, ou Panlo Neruda, notamment. Quand le poème réconcilie l’Histoire et notre part la plus intime…