samedi 25 septembre 2021
Mon compte
Vous n'êtes pas identifié
.
Paiement en ligne sécurisé par e-transaction du Crédit Agricole
Panier littéraire
Le panier est vide

À compter du 29 août 2018 les connexions sont cryptées pour la sécurité de vos paiements.

Près du piano fermé suivi de Le Sourire voilé (Louis Darmet)

Darmet Louis

Près du piano fermé suivi de Le Sourire voilé

EditeurLa passe du vent

CollectionPoésie

Date de parution01/2019

ISBN/code barre978-2-84562-328-6

Format (mm)140 x 205

ReliureCahier thermo-collé

Nombre de pages292

Poids360 g

Prix 15,00 €
Feuilleter

Enrichi de documents et photographies issus des archives familiales miraculeusement retrouvées, le présent ouvrage réunit les deux recueils, qu’accompagnent également quelques poèmes de jeunesse. Ainsi est offerte au lecteur, dans sa tragique incomplétude, cette œuvre brutalement interrompue d’un poète, qui, selon son ami Gabriel-Joseph Gros, dévoilait son « âme sensible, toute en nuances, infiniment mélancolique » en des « vers qu’anime un pur souffle d’amour ».

AVANT-PROPOS (extrait) de Michel Kneubühler et Thierry Renard  

C’est une forme de miracle que ce livre voie le jour, un siècle et quelques mois après la mort, à pas même vingt-huit ans, sur le front picard, de Louis Darmet. Certes, la Bibliothèque nationale de France conserve dans ses collections l’exemplaire du recueil Près du piano fermé qu’avait reçu, dédicacé, Henry Dérieux, un des amis du poète et comme lui contributeur de la revue L’Art libre; certes, ce même recueil se trouve également à la Bibliothèque municipale de Lyon, ville où l’auteur naquit en 1890. Mais bien rares ont sans doute été depuis 1912 – date de la publication, à l’enseigne des Éditions Ernest Basset & Cie, des trois cents exemplaires de ce livre – les lecteurs de ces poèmes pourtant salués en leur temps par Frédéric Mistral, Henri de Régnier ou Henry Bataille. Et, mis à part les membres de la famille, personne encore n’avait pu lire la soixantaine de poèmes que Louis Darmet, peu avant sa mort, avait réunis dans un recueil qu’il souhaitait faire paraître et qu’il avait choisi d’intituler Le Sourire voilé.

En réalité, il a fallu un rare concours de circonstances pour que, par-delà le siècle terrible qui s’est écoulé et dont la Grande Guerre marquait d’une certaine façon le véritable début, ces vers trouvent place dans un volume offert à la curiosité des amateurs de poésie. Il faut donc savoir gré à Patrice Béghain, auteur en 2017 d’une érudite anthologie consacrée aux Poètes à Lyon au 20siècle, d’avoir choisi, voisinant avec des textes dus à Gabriel-Joseph Gros, Joseph Billiet ou Paul Aeschimann, quelques extraits du recueil Près du piano fermé. Grâce à cette première mise au jour, un an plus tard, sur la scène du Théâtre des Marronniers de Lyon, un spectacle, Hommes de l’avenir, souvenez-vous de nous!, consacré à Guillaume Apollinaire et aux poètes-combattants, donnait à entendre quelques vers issus de cette sélection. Du coup, le nom de Louis Darmet, parce qu’il figurait dans les documents d’annonce du spectacle, put venir s’inscrire sur l’écran de Marie-France Joyard, nièce du poète et épouse de Jacques Joyard, lequel s’empressait d’entrer en contact avec le Théâtre et l’auteur du spectacle ! Très vite, au fil des échanges qui s’ensuivirent, il apparut que les archives familiales étaient riches, non seulement du recueil Près du piano fermé, mais également d’un autre recueil, celui-là inédit, composé par le poète – en deux versions, l’une manuscrite, de la main même de l’auteur, l’autre, dactylographiée, bien après sa mort, par sa belle-sœur, la mère de Marie-France – sans compter des archives – correspondances, coupures de presse, photographies... […]