mardi 07 décembre 2021
Mon compte
Vous n'êtes pas identifié
.
Paiement en ligne sécurisé par e-transaction du Crédit Agricole
Panier littéraire
Le panier est vide

À compter du 29 août 2018 les connexions sont cryptées pour la sécurité de vos paiements.

Corps étranger (Catherine Lalonde)

Lalonde Catherine

Corps étranger

EditeurLa passe du vent
Québec Amérique

CollectionPoésie

Date de parution03/2008

ISBN/code barre978-2-84562-128-2

Format (mm)140 × 215 mm

ReliureBroché, couverture avec rabats

Nombre de pages128

Poids195 g

Prix 15,00 €
Feuilleter

Dans ce poème, où il est clairement indiqué que l’amour pousse pire à Montréal que le chiendent, Catherine Lalonde nous entraîne dans un corps à corps singulier, érotique et mystérieux, mais avec la retenue nécessaire à ce genre d’exercice — tout à la fois sensuel, charnel et spirituel. Mais ce qui compte le plus ici, elle (Catherine) le dit à son « immigrant illégal », son étrange étranger : « Tu massacres ma retenue et les dictionnaires. » On l’aura compris, le sens — au bon sens du terme — ici importe peu, c’est le rythme qui dicte sa loi : « Tu me laisses en flaque jouie au soleil », c’est la langue qui impose ses vertus : « Ta langue de marché noir sur mon corps comme sur une boucherie ». Un texte où la chair enfin s’incarne ! Prix Émile Nelligan 2009.

Dans ce poème, où il est clairement indiqué que l’amour pousse pire à Montréal que le chiendent, Catherine Lalonde nous entraîne dans un corps à corps singulier, érotique et mystérieux, mais avec la retenue nécessaire à ce genre d’exercice — tout à la fois sensuel, charnel et spirituel. Mais ce qui compte le plus ici, elle (Catherine) le dit à son « immigrant illégal », son étrange étranger : « Tu massacres ma retenue et les dictionnaires. » On l’aura compris, le sens — au bon sens du terme — ici importe peu, c’est le rythme qui dicte sa loi : « Tu me laisses en flaque jouie au soleil », c’est la langue qui impose ses vertus : « Ta langue de marché noir sur mon corps comme sur une boucherie ». Un texte où la chair enfin s’incarne ! Prix Émile Nelligan 2009.